La Folle de Chaillot – Piéce de théâtre et expression populaire

Cette photo a été prise le 11 décembre 1965 au Théâtre National Populaire, Palais de Chaillot. L’inoubliable Edwige Feuillère  y interprète Aurélie, personnage central de la pièce de Jean Giraudoux « La Folle de Chaillot »,  mise en scène par Georges Wilson.

Chaillot était un village situé hors de Paris, dans les faubourgs en 1659, et introduit dans l’enceinte de la capitale en 1787.

On considérait à Paris, les habitants de Chaillot, ainsi que ceux des villages alentour, comme de « gentils campagnards », pas bien malins, un peu ahuris, sinon fous… devant les merveilles de la capitale.

Ainsi naquit  l’expression folle de Chaillot, traduisant la « supériorité intellectuelle de l’homme de la ville sur l’homme de la campagne ».

Nitta-Jo  qui interprète « La Folle » est une chanteuse énigmatique.  On ne connaît d’elle que son vrai nom, Jeanne Daflon, et son nom de scène parfois écrit Nita-Jo (un seul « t »), parfois Nitta-Jo, parfois sans trait d’union et parfois Nitta Jô…

Elle serait née vers 1890 mais  l’on ignore la date de son décès.

Nitta-jo a enregistré cette chanson, de Emile et Mimi Récagno, en 1931.

 

La pièce de Jean Giraudoux  La Folle de Chaillot (1945)  redonna vie à cette  expression populaire encore employée de nos jours.

 

A la terrasse de Chez Francis, place de l’Alma, quatre louches personnages complotent de mettre la ville en coupe réglée.

 

Le jeune Pierre doit dynamiter la maison de l’ingénieur qui interdit les forages du sous-sol parisien grâce auxquels ils espèrent appâter les  » gogos « . Mais Pierre renonce. C’est son suicide manqué qui apprend à Aurélie, la Folle de Chaillot, sublime clocharde, que le monde n’est ni si beau ni si pur qu’elle veut bien le croire.

Elle décide de  purger la société de ses escrocs, de ses profiteurs.
Elle les attirera avec l’annonce d’un jaillissement de pétrole et les fera disparaître dans l’oubliette dont l’égoutier lui a révélé l’existence.

 

La Folle de Chaillot, pièce posthume, est un des derniers et des meilleurs exemples de l’art de jean Giraudoux, qui sait allier l’humour et la poésie à un sens aigu du réel.

Hippolyte Jean Giraudoux  écrivain et  diplomate, est né le 29 octobre 1882 à Bellac en Haute-Vienne, il décéde le 31 janvier 1944 à Paris.

Brillant étudiant et soldat décoré pendant la Première Guerre mondiale, il occupe des fonctions diplomatiques et administratives et fait paraître des romans (Suzanne et le Pacifique en 1921 , Siegfried et le Limousin en 1922) avant de se diriger vers le théâtre après sa rencontre avec le comédien Louis Jouvet qui mettra en scène et interprétera ses œuvres principales.

Auteur de romans, nouvelles et essais, il est aujourd’hui surtout connu pour son théâtre qui compte des pièces célèbres comme Amphitryon 38 (1929), La guerre de Troie n’aura pas lieu (1935), Électre (1937) ou Ondine (1939) ou La Folle de Chaillot jouée en 1945 après sa mort.

Germanophile et diplomate de carrière, il est Commissaire général à l’information en 1939-1940 et sa situation pendant l’Occupation est complexe et son rôle contrasté.

 

Louis Jouvet et Marguerite Moréno répètent « la Folle de Chaillot » à l’Athénée.

 

La pièce  fut créée au Théâtre de l’Athénée le 22 décembre 1945 , après la mort de Giraudoux, par Louis Jouvet.

Le rôle principal (Aurélie, la Folle de Chaillot) était interprété par Marguerite Moréno  qui l’avait inspiré, tandis que Jouvet  jouait le rôle du Chiffonnier.

 

Louis Jouvet (1887-1951).

 

La comédienne Marguerite Moréno (1871-1948).

 

Katharine Hepburn interpréta le rôle d’Aurélie,  dans le film  « La Folle de Chaillot »  réalisé par Bryan Forbes, sorti en 1969.

 

 

 

Edwige Feuillère (1907-1998) une « Folle » inoubliable, l’une des vedettes les plus populaires de sa génération.

 

4 réflexions au sujet de « La Folle de Chaillot – Piéce de théâtre et expression populaire »

  1. Bonsoir Gérard,
    « Votre » folle de Chaillot est bien charismatique! Avec ces brillantes interprètes, ces dames du théâtre, monstres sacrés en jupons!
    J’ai toujours aimé cette expression car, petite fille, ma chère grand-mère dont je vous parle souvent me disait, en me voyant m’agiter, mes carnets à la main: « arrête, on dirait la folle de Chaillot »!
    J’imaginais une étrange vieille dame, avec un costume extravagant et un discours loufoque…
    Je me régale toujours à vous lire et à plonger, en votre compagnie, dans les arcanes du Temps! Merci beaucoup!
    Cendrine

  2. bonsoir Cendrine,

    j’ai pris beaucoup de plaisir avec ce personnage, atypique, de la folle de Chaillot et je suis très content que cela vous ai intéressé … moi je me régale en lisant vos commentaires !

    merci
    gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.