Le Moulin de la Galette vu par les Peintres

Des quatorze moulins situés sur la Butte de Montmartre qui servaient à moudre le blé et les fleurs, presser les vendanges, ou concasser les matériaux, seuls deux subsistent encore aujourd’hui : le Blute-fin et le Radet, datant de 1717, juste au-dessus du restaurant. Ces deux moulins formaient le célèbre ensemble du « Moulin de la Galette ».

La galette était un petit pain de seigle que les meuniers Debray, propriétaires du lieu, vendaient accompagné d’un verre de lait.

Après la défense de la Butte contre les Prussiens en 1814 la famille Debray se retrouve anéantie. Ils transformèrent le lait en vin de muscat et le Moulin de la Galette en bal populaire dans les années 1860. L’ambiance y est décontractée et la clientèle plus populaire que dans les autres établissements.

Après avoir servi de music-hall, on y vit un studio de télévision avec l’ORTF, puis enfin un restaurant.

 

Tout en parcourant cet article, nous valserons de tableau en tableau en écoutant   la chanson « Le Moulin de la Galette » enregistrée en 1946 par Lucienne DELYLE.

Lucienne Delyle chante « cette rue qui penche et ce moulin aux grandes ailes qui tournent au rythme du vent et des chansons« .

Comme souvent, c’est naturellement une chanson d’amour qui se passe au bal du moulin, un jeune homme se déclare à une jeune fille et leur amour devient plus grand chaque jour.

 

 

– Auguste Renoir – Le Bal du Moulin de la galette (1876).

Cette oeuvre est sans doute la plus importante de Renoir, elle fut exposée à l’exposition du groupe impressionniste de 1877.

Le tableau de grande taille a été peint entièrement sur place.

Si le peintre choisit de représenter quelques uns de ses amis, il s’attache avant tout à rendre l’atmosphère égrillarde et festive de cet établissement populaire de la Butte Montmartre.

 

Cette toile de Van Gogh date de 1886.

En 1886, Vincent van Gogh s’installe pour deux ans chez son frère Theo, à Montmartre, dans le quartier des artistes.
Cette période sera décisive pour son évolution : le peintre réaliste, habitué des scènes paysannes, deviendra un artiste moderne dans le sillage des impressionnistes.

Il a dessiné et peint Montmartre avec enthousiasme et un sens aigu du détail. Il se liera également d’amitié avec d’autres artistes et fera pour la première fois de sérieux efforts pour vendre et exposer ses œuvres.

 

Une autre version par Van Gogh.

 

 

-Henri de Toulouse-Lautrec  « Au Moulin de la Galette » – 1889.

Toulouse-Lautrec était considéré comme « l’âme de Montmartre », le quartier parisien où il habitait.

Ses peintures dépeignent la vie des cabarets et théâtres montmartrois ou parisiens.

Trois des femmes bien connues qu’il a représentées étaient Jane Avril, la chanteuse Yvette Guilbert, et Louise Weber  plus connue comme La Goulue, danseuse excentrique qui créa le « cancan ».

Toulouse-Lautrec donnait des cours de peinture, et il encouragea les efforts de Suzanne Valadon (voir plus bas la partie consacrée à Utrillo),  un de ses modèles qui fut probablement sa maîtresse.

Henri Toulouse-Lautrec  –  Coin du Moulin de la galette – 1892.

 

Oeuvre de Pablo Picasso – 1900.

Pablo Picasso vivait toujours à Barcelone quand la Foire internationale de 1900 l’a attiré à Paris pour la première fois.

Pendant son séjour de deux mois il s’est immergé dans des galeries d’art aussi bien que dans les cafés , les boîtes de nuit et les dancings de Montmartre.

Le Moulin de la Galette, sa première peinture de Parisien, reflète sa fascination avec une décadence vigoureuse et une fascination pour le mauvais goût de ce dancing célèbre, où les clients bourgeois se frottent aux prostituées.

 

-Maurice Utrillo toile datant de 1931.

Maurice Utrillo nait le 26 décembre 1883  8 rue du Poteau à Montmartre. Il est l’un des rares peintres célèbres de Montmartre qui y soit né.

Il est le fils du peintre Suzanne Valandon. Il fut reconnu en 1891 par le peintre catalan Miguel Utrillo qui lui donna  son nom.

La mère de Maurice fut modèle de Toulouse-Lautrec, Puvis de Chavannes, Pierre-Auguste Renoir, Vincent Van Gogh et de bien autres peintres. C’est en les observant qu’elle apprit à peindre, avec l’aide également de Edgar Degas.

Une autre version du moulin par  Utrillo,  avec le Sacré-Coeur en arrière plan.

 

 

-Kees Van Dongen (1877-1968).

Kees Van Dongen   trouve à Paris la reconnaissance artistique dans les années 20. La ville lumière restera toujours le sujet principal de sa peinture.

Au début du siècle c’est Montmartre qui le séduit par la sa verve populaire et sa vie de bohème. Il fut par la suite l’un des principaux animateurs à Montparnasse.

 

-Ludovic Piette rue Lepic avec vue sur le Moulin -1860.

Ludovic Piette (1826-1878) a été l’un des très bons paysagistes français de sa génération. Il fut l’ami le plus intime de Camille Pissaro.

 

-Paul Signac né à  paris le 11 novembre 1863, il y décède le 15 août 1935.

Paul Signac est un artiste peintre paysagiste qui donna naissance au pointillisme avec le peintre Seurat. Il a mis au point aussi la technique du divisionnisme, une technique picturale qui consiste à appliquer sur un support de petites taches de couleur pure juxtaposées.

 

LE MOULIN DE LA GALETTE.

Une rue qui penche
Un bal sous les branches
C’est un vieux moulin
Qui ne moud plus de grains
Sous ses grandes ailes
Les filles sont belles
C’est un jardin fleuri
Tout en haut de Paris

Le joli moulin d’ la Galette
A des ailes couleur du temps
Et les refrains de ses chansonnettes
Tournent, tournent au rythme du vent
Il fait danser garçons et fillettes
Et plus d’une un soir de printemps
Pour un p’tit béguin
A jeté bien loin
Son bonnet par dessus le moulin

C’est là qu’un dimanche
Sous ses ailes blanches
Deux grands yeux moqueurs
Ont charmé tout mon coeur
Dans ce coin bohème
Il m’a dit « je t’aime »
Et depuis notre amour
A grandi
Chaque jour

Le joli moulin d’ la Galette
A des ailes couleur du temps
Et les refrains de ses chansonnettes
Tournent, tournent au rythme du vent
Il fait danser garçons et fillettes
Et plus d’une un soir de printemps
Pour un p’tit béguin
A jeté bien loin
Son bonnet par dessus le moulin
Pour un p’tit béguin
A jeté bien loin
Son bonnet par dessus le moulin.

1946- Paroles de André Tabet/Louis Poterat Musique de Norbert Glanzberg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Le Moulin de la Galette vu par les Peintres »

  1. C’est un lieu fascinant dont vous relatez l’histoire avec émotion et brio. J’ai passé un excellent moment à lire votre article et à plonger dans l’atmosphère de cette époque. Merci beaucoup. Excellente journée. Cendrine

  2. Un très grand bravo doublé de vifs remerciements pour cette rétrospective picturale du moulin de la galette.
    Article passionnant et fort bien documenté.
    Et cette musique… alléchante cerise sur le gâteau !

Répondre à Cendrine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.