C’est le printemps (Jean-Baptiste Oudry – Léo Ferré)

Château_de_Versailles,_appartements_de_la_Dauphine,_cabinet_intérieur,_Printemps,_Jean-Baptiste_Oudry

Printemps ou Le Labourage, fait partie d’un ensemble de 4 tableaux sur le thème des quatre saisons, peint en 1749 par Oudry pour le cabinet intérieur de la Dauphine au château de Versailles.

Peintre et graveur Jean-Baptiste Oudry naît à Paris le 17 mai 1686. Son père Jacques était peintre et marchand de tableaux sur le pont Notre-Dame, sa mère Nicole appartenait à la famille du graveur Papillon.

Il étudia à l’école de la maîtrise Saint-Luc puis fut placé chez Nicolas de Largillière un peinte aux talents multiples.

Portrait de Jean-Baptiste Oudry, par Jean-Baptiste Perronneau, 1753, Musée du Louvre.

Jean-Baptiste_Perronneau_-_J-B._Oudry

Grâce à ses relations, de nombreux ouvrages lui furent commandés par le roi Louis XV, et il obtint un atelier dans la cour des princes aux tuileries et un logement au Louvre.

Oudry, artiste prolifique, réalisa une oeuvre considérable.

Il s’adonna d’abord aux portraits

Portait de gentilhomme vers 1720

portait

Jean-Baptiste Oudry se sentait attiré vers le genre des animaux et des fruits

chatte-et-chaton-et-chien-et-perroquet-1737

still-life-with-monkey-fruits-and-flowers-1724

violon

Jean-Baptiste Oudry décéde le 30 avril 1755 à Beauvais. Il fut enterré dans l’église Saint-Etienne de Beauvais.

 

C’est le printemps Léo Ferré (1964) .

 

 

 

Y a la nature qu’est tout en sueur
Dans les hectares y a du bonheur

C’est l’ printemps

Y a des lilas qu’ont même plus l’ temps
De s’ faire tout mauves ou bien tout blancs

C’est l’ printemps

Y a du blé qui s’ fait du mouron
Les oiseaux eux ils disent pas non

C’est l’ printemps

y a nos chagrins qu’ont des couleurs
Y a même du printemps chez l’ malheur

Y a la mer qui s’ prend pour Monet
Ou pour Gauguin ou pour Manet

C’est l’ printemps

Y a des nuages qui n’ont plus d’ quoi
On dirait d’ la barbe à papa

C’est l’ printemps

Y a l’ vent du nord qu’a pris l’accent
Avec Mistral il passe son temps

C’est l’ printemps

Y a la pluie qu’est passée chez Dior
Pour s’ payer l’ modèle Soleil d’Or

Y a la route qui s’ fait nationale
Et des fourmis qui s’ font la malle

C’est l’ printemps

Y a d’ la luzerne au fond des lits
Et puis l’ faucheur qui lui sourit

C’est l’ printemps

Y a des souris qui s’ font les dents
Sur les matous par conséquent

C’est l’ printemps

Y a des voix d’or dans un seul cri
C’est la Sixtine qui sort la nuit

Y a la nature qui s’ tape un bol
À la santé du rossignol

C’est l’ printemps

Y a l’ beaujolais qui la ramène
Et Mimi qui s’ prend pour Carmen

C’est l’ printemps

Y a l’île Saint-Louis qui rentre en Seine
Et puis Paris qui s’y promène

C’est l’ printemps

Y a l’été qui s’ pointe dans la rue
Et des ballots qui n’ont pas vu

Qu’ c’était l’ printemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.