Etablissement CLAVERIE : le Roi du Corset

Cette fabrique de corset fondé en 1860  par Auguste Claverie, avait des succursales dans les colonies et les comptoirs en Afrique du Nord. La boutique, de style Art Déco, fut fréquentée par Arletty, Joséphine Baker et Mistinguett.

 

En 1960,  Juliette Gréco interprète  « Le corset »  (paroles de Louise de Vimorin / musique de Jean-Louis Valmont).  Vous trouverez le texte en fin d’article.


 

Le corset est un sous-vêtement féminin porté du XVI éme siècle jusqu’au début du XXéme siècle. Rigide, il est destiné à affiner la taille et à maintenir la poitrine.

La mode des danses latino-américaine (tango, etc.), du fox-trot et autres danses supposant souplesse et contorsion, cumulée à la pénurie d’acier après la guerre, ne seront que quelques éléments concrets s’ajoutant à des attaques nombreuses et de plus en plus généralisées que le corset connaissait déjà depuis des décennies, qui signeront son déclin dans les années 1920.

 

Le corset réalisé par le styliste Jean-Paul Gaultier pour Madonna.

 

Le corset fait un retour depuis la fin du XXéme siècle. Les vrais corsets existent à nouveau, en marques de prêt-à-porter ou faits sur mesure par des corsetiers, et séduisent aussi bien les nouvelles mariées que les gothiques.

 

La boutique « CLAVERIE » est située 234 rue du Faubourg Saint-Martin dans le 10éme arrondissement de Paris.

 

 Auguste Claverie créa le corset « le Rêve »,  construit en un tissu élastique ce qui le rendait très solide et très souple. La taille était prise par une bande de fine toile de lin brochée, appelée batiste, qui formait ceinture.

 

 

 

 

 

Publicité de la maison « CLAVERIE » parue dans les annales du 15 avril 1929.

 

Autre publicité parue dans Les Annales du 10 octobre 1926.

 

 

Il y a une justice : Même les messieurs ne sont pas épargnés ! 

 

 

Aujourd’hui, on y trouve de la lingerie chic et classique, mais aussi des articles d’orthopédie comme les « gainant ». Tout est resté intact depuis la fondation de la boutique en 1860 : vitraux, escalier monumental en acajou, comptoirs et lustres en bronze doré.

 

 

 

Ce décor exceptionnel a servi au tournage de plusieurs fims, dont « Le Viager », avec Serrault, Galabru et Brasseur, ou « L’Institutrice » de Claire Chazal. La boutique avait été transformée en magasin de confection masculine.

 

 

Derrière les battants de cette majestueuse porte cochère,  ce trouve une cour d’immeuble luxuriante.

 

 

 Le corset.

La belle femme en son corset,
Vive comme un poisson dans l’onde,
Lasse et délasse tes projets,
T’offre la clef d’un nouveau monde
Ferme les yeux et disparaît.

Son corset est l’armure ancienne
Qui renferme ce qui te plaît.
C’est le château, c’est la persienne,
C’est le rempart et le coffret
Où tes désirs vont et reviennent.

Elle cache plus d’un secret
Dans cet enclos qui la protége
Et dit le faux comme le vrai
En regardant, tomber la neige
Du ciel de lit dont tu révais.

Apprenant ce qu’elle promet,
Rattrapant l’amour qui se sauve,
Est-ce une femme ou un brochet
En satin blanc lacé de mauve ?
Est-ce une femme ou un brochet ?
Est-ce une femme ou un brochet ?
Est-ce une femme ou un brochet ?

(Louise de Vilmorin, Le Sable du sablier, 1945)

 

Sources : l’internaute

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 réflexions au sujet de « Etablissement CLAVERIE : le Roi du Corset »

  1. molto bene anche oggi delle novità interessanti su parigi,ma la cosa più divertente del blog è l » accompagnamento di tutti gli articoli con una vecchia musica o canzone.
    Mi sembra molto originale, bravo gerard!!!!
    un abbraccio a tutti !

  2. Ping : Fbg St Martin : UNE « EPICERIE CULTURELLE BELGE   S’INSTALLE DANS LES MURS DE CLAVERIE | «TOUS LES X°

  3. Ping : Fbg St Martin : UNE « EPICERIE CULTURELLE BELGE   S’INSTALLE DANS LES MURS DE CLAVERIE | «TOUS LES X°

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *