Faits divers : Corrida place de la Bastille

1

Paris, jeudi 12 novembre 1908, place de la Bastille. Il était environ  deux heures de l’après midi, la circulation sur la place était en pleine activité.  Or, traversant   les hâtes des piétons, les courses des voitures, les fuites des tramways, les ruées des autos, deux vaches, sous la conduite d’un gardien se dirigeait vers la célèbre place parisienne.

Les animaux dans ce brouhaha, qui sans doute leur causait une sorte d’étourdissement effrayé, donnaient quelques marques d’anxiété que leur conducteur eut le tort de ne pas remarquer.

la-Bastille680

 

Soudain l’une d’entre elle se rua vers deux bons et honnêtes touristes anglais MM. John Farmelick de Liverpool  et Tom Riddock de Cardiff qui, plantés sur le terre plein du milieu de la place, mesuraient de l’oeil la colonne de Juillet dont ils avaient formé les projets de faire l’ascension !    

Pourquoi cette vache, inquiète et irréfléchie, prit-elle ces anglais inoffensifs pour l’ennemi supposé ? C’est un de ces problèmes psychiques qui resteront toujours non résolus.

Toujours est-il que l’animal fonçant les cornes basses sur le groupe des insulaires renversa M. Riddock qui fut sérieusement contusionné et blessa d’un coup de corne à la jambe le pauvre M. Farmelick; puis sans doute mis en goût par cette victoire, il se retourna vers la foule prêt à d’autres exploits.

La foule, elle, disons le, n’en menait pas large. Pris de panique chacun se sauvait. Il n’était pas malaisé de prévoir que la vache indisciplinée allait faire de vilaine besogne.

Mais un homme parut qui, lui du moins, semblait avoir gardé sous le casque qui le coiffait, tout son sang froid. C’était un jeune pompier de la caserne Sévigné, le sapeur pompier Eugène Vernisset qui passait, se rendant à quelque garde.

 

Attellages en 1888 dans la cour de la Caserne Sévigné dans le Marais – Le valeureux Eugène Vernisset y officiait en 1908.caserne-sevigne-pompier-histoire-01

En Novembre 1814, la 3° compagnie – qui devînt, le 1er Octobre 1894 l’actuelle 11° compagnie – s’installa rue de Sévigné.

000_001 (1)

 

Tel Ursus de Quo Vadis, terrassant l’ Auroch dans le cirque, Eugène Vernisset résolument empoigna aux cornes la vache émancipée. Celle-ci voulut opposer une vigoureuse résistance. Mais le brave pompier, adroit et fort, ne lâchait pas prise.

 

Ursus terrassant l’aurochs – Quo Vadis – Mastroianni.066_001

 

Bientôt maitrisée, la vache, était remise entre les mains de son gardien et la foule rassurée et regroupée, faisait une véritable ovation au jeune héros de cette peu banale aventure.

 

2 réflexions sur « Faits divers : Corrida place de la Bastille »

  1. A mon prochain passage à la Bastille, je penserai à ce valeureux pompier… ces malheureux anglais ne pensaient vivre ce genre d’aventure au coeur de la capitale française… Les petites histoires sont vraiment passionnantes et bien racontées, merci et bon week end !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.