Ferrat chante Aragon: Les feux de Paris

119179719
Le premier disque que jean Ferrat consacre à louis Aragon date de 1971. « Ferrat chante Aragon » connu un grand succès. Ce disque réunissait essentiellement des poèmes d’amour mis en musique par jean Ferrat. Quinze titres dont « les yeux d’Elsa » « Nous dormirons ensemble » « C’est si peu dire que je t’aime »  « Aimer à perdre la raison »  « Heureux celui qui meurt d’aimer »   « Que serais-je sans toi » 

1

Vingt ans plus tard, en 1995, les 16 titres  du nouveau disque sont toutes des chansons inédites et les thèmes abordés ne se résument pas à l’amour.

Les poèmes d’ Aragon aborde les grandes tragédies du XXéme siècle. Le dernier titre « Epilogue » évoque la tragédie soviéto-stalinienne, l’idéal trahi de millions de gens qui aspiraient à un monde tout simplement humain.

2

Dans le sixième titre « Les feux de Paris » la femme est la métaphore de la ville de Paris.

Toujours quand aux matins obscènes Entre les jambes de la Seine Comme une noyée aux yeux fous De la brume de vos poèmes L’île Saint-Louis se lève blême Baudelaire je pense à vous.

Paris est une femme représentée écartant les jambes. Entre ses jambes monte la brume de la poésie de Baudelaire, et l’île saint Louis, représentée comme une noyée aux yeux fous.

Mais pour courir ses aventures La ville a jeté sa ceinture De murs d’herbe verte et de vent Elle a fardé son paysage Comme une fille son visage Pour séduire un nouvel amant.

La ville est figurée sous la métaphore/personnification d’une femme légère, jetant sa ceinture (autrement dit ses vêtements) tout ce qui risque de l’embarrasser dans sa course volage et sa quête de plaisir ou de séduction.

L’île Saint-Louis.
paris ile st louis

 

Louis Aragon – (1897-1982)

Les feux de Paris

Toujours quand aux matins obscènes
Entre les jambes de la Seine
Comme une noyée aux yeux fous
De la brume de vos poèmes
L’Île Saint-Louis se lève blême
Baudelaire je pense à vous

Lorsque j’appris à voir les choses
O lenteur des métamorphoses
C’est votre Paris que je vis
Il fallait pour que Paris change
Comme bleuissent les oranges
Toute la longueur de ma vie

Mais pour courir ses aventures
La ville a jeté sa ceinture
De murs d’herbe verte et de vent
Elle a fardé son paysage
Comme une fille son visage
Pour séduire un nouvel amant

Rien n’est plus à la même place
Et l’eau des fontaines Wallace
Pleure après le marchand d’oublies
Qui criait le Plaisir Mesdames
Quand les pianos faisaient des gammes
Dans les salons à panoplies

Où sont les grandes tapissières
Les mirlitons dans la poussière
Où sont les noces en chansons
Où sont les mules de Réjane
On ne s’en va plus à dos d’âne
Dîner dans l’herbe à Robinson

Qu’est-ce que cela peut te faire
On ne choisit pas son enfer
En arrière à quoi bon chercher
Qu’autrefois sans toi se consume
C’est ici que ton sort s’allume
On ne choisit pas son bûcher

A tes pas les nuages bougent
Va-t’en dans la rue à l’oeil rouge
Le monde saigne devant toi
Tu marches dans un jour barbare
Le temps présent brûle aux Snack-bars
Son aube pourpre est sur les toits

Au diable la beauté lunaire
Et les ténèbres millénaires
Plein feu dans les Champs-Elysées
Voici le nouveau carnaval
Où l’électricité ravale
Les édifices embrasés

Plein feu sur l’homme et sur la femme
Sur le Louvre et sur Notre-Dame
Du Sacré-Coeur au Panthéon
Plein feu de la Concorde aux Ternes
Plein feu sur l’univers moderne
Plein feu sur notre âme au néon

Plein feu sur la noirceur des songes
Plein feu sur les arts du mensonge
Flambe perpétuel été
Flambe de notre flamme humaine
Et que partout nos mains ramènent
Le soleil de la vérité

Sources.

http://alternativephilolettres.fr

https://www.humanite.fr/node/89927

Une réflexion au sujet de « Ferrat chante Aragon: Les feux de Paris »

  1. Tant de souvenirs en farandole…
    Aragon étudié à l’Université, mes partiels réussis en aimant explorer l’art de ce si grand poète…
    Baudelaire en référence, magnifique!
    Ferrat, immense artiste dont la voix résonne au creux des nuages avec les mots éternels d’Aragon en pleine fièvre amoureuse…
    Paris personnifiée, Lutèce ensorcelante, comment ne pas se laisser envoûter?
    Merci pour cette publication pleine de charme et de sensualité, gros bisous Gérard et pour tes proches aussi
    Cendrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *