Guillaume Apollinaire Le Pont Mirabeau

1024px-P1080023_Paris_XVI_pont_Mirabeau_poeme_Apollinaire_rwk
Cette plaque de bronze, en hommage au poème le Pont Mirabeau de Guillaume Apollinaire, se trouve sur le pont côté 16éme arr. Construit entre 1893 et 1896, il relie directement les quartiers d’Auteuil et de Passy, rive droite, avec ceux de Javel et de Grenelle, rive gauche.

pont_mirabeau_1

Apollinaire rencontre la peintre célèbre, Marie Laurencin en 1907 : elle deviendra l’une de ses égéries.

Ils entretiendront une relation chaotique et orageuse durant sept ans

Apollinaire et Marie Laurencin franchissait souvent la Seine en passant par le le pont Mirabeau. Il était devenu emblématique de leur amour.

Leur couple rompu, le pont inspira au poète une méditation lyrique sur la fuite du temps et de l’amour.

arton2639

Marie Laurencin en 1912  (1853-1956).Marie_Laurencin,_c.1912,_Paris

 

La Muse inspirant le Poète. Le couple Laurencin-Apollinaire peint par le Douanier Rousseau en 1909. Le peintre justifia ainsi son dessin caricatural : il fallait « une grosse muse » pour un grand poète ! La_muse_inspirant_le_poète

 

Le Pont Mirabeau

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine.

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l’onde si lasse

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

L’amour s’en va comme cette eau courante
L’amour s’en va
Comme la vie est lente
Et comme l’Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

 

 

SourcesAndré Durand- comptoirlittéraire.com 

Une réflexion au sujet de « Guillaume Apollinaire Le Pont Mirabeau »

  1. Magnifique!
    Guillaume Apollinaire est dans mon « top five » de poètes préférés, avec Baudelaire, Eluard et Saint-John Perse…
    Tu as écrit un très joli billet, nous attirant dans les mailles de l’histoire d’un célébrissime pont avec des notes de poésie qui palpitent dans le coeur, merci Gérard et gros bisous
    Cendrine

    Apollinaire et Marie Laurencin… un duo superbement talentueux! J’aime beaucoup les aquarelles de Marie Laurencin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *