LAUDE andré et Canned Heat

Laude


Dans « Pariscope » le poète André Laude oppose deux facettes de la capitale.Dans un premier temps il parle des grands monuments, du plaisir des parisiens de se promener dans un si joli décor,  mais rapidement le poème « bascule »  et  dénonce l’omniprésence de l’automobile et la pollution qu’elle engendre.

Le poète s’insurge également contre la société de consommation, contre les fausses idoles d’aujourd’hui,  leur opposant  la déesse égyptienne Karomama.

karomama

Musée du Louvre. Département des antiquités Egyptiennes.

Au Musée du Louvre, on peut voir une des plus belles statues de bronze du 9e siècle av. JC qui appartient à cette divine adoratrice d’Amon. Fille du roi, épouse  du dieu Amon, la divine adoratrice jouait un rôle religieux et politique très important à Louxor.

Pariscope… sur la musique On the road again de Canned Heat

C’est la parade des grands monuments
Tour Eiffel Notre-Dame
La foule va et vient baguenaude des Champs Elysées
à la Défense.
Elle flâne du côté de l’Ecole militaire
où les beaux zouaves ont laissé la place
aux embouteillages.
Dans les voitures il y a des gens qui habitent
dans de grandes tours le long des grands boulevards
et qui achètent mille choses dans de grands magasins
et puis vont flâner le long des quais
pour oublier les fumées des usines
qui polluent la Seine
et tuent les légumes dans les jardins de banlieue.
Sous les grandes gares – Gare de Lyon – Gare d’Austerlitz – Gare du Nord
Gare de l’Est – Gare Montparnasse
Le métro conduit aux musées
où derrière les vitrines lumineuses
la reine Karomama sourit avec ses lèvres orientales
et des jeunes filles rêveuses
vont acheter à la FNAC un album plein de photographies
de dieux et d’idoles qu’elles contemplent avec des yeux tristes
de somnambules urbaines.

André Laude

interligne

On a écrit d’André Laude qu’il était un « soleil noir de la poésie ». Noir d’une existence. Noir du refus anarchiste de se soumettre. Noir du désespoir qui a souvent accompagné son existence et qui a contribué à sa fin. Soleil de la révolte qu’il a toujours porté très haut.

h-20-1709699-1253733161

André Laude n’avait qu’une seule passion : la poésie. Il connaissait des milliers de vers par cœur et était à lui tout seul une anthologie.

Voici ce qu’il en disait :

« L’activité poétique pour moi a toujours été liée à l’expérience vécue. J’ai toujours eu pour objectif de rapprocher l’expérience vécue du texte écrit. Je ne conçois pas une poésie qui soit seulement le produit d’une activité mentale. Elle est le produit d’une activité générale qui met en cause l’esprit, les sens, le sexe, la peau, et aussi l’histoire de l’individu, l’histoire collective. Toute mon expérience poétique s’articule autour de cette perspective : la poésie doit changer la vie.  »

Il exerça la profession de journaliste à Combat, au Monde et aux Nouvelles Littéraires.

Né à Paris le 3 mars 1936 à Paris il décède à son domicile 6 rue de Belleville à l’âge de 59 ans.

 À la fin de l’année 2008, les éditions La Différence ont publié un volume regroupant l’intégralité de l’Œuvre poétique de André Laude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.