PARIS PARIS Catherine Deneuve & Malcom McLaren

C’est en 1994 que Catherine Deneuve enregistre Paris Paris en duo avec Malcom McLaren.  Sur cet album, Malcom McLaren rend un bel hommage à la capitale. On y entend également Françoise Hardy magistralement interpréter « Revenge of the powers ».

Dans une sorte d’inventaire à la Prévert on retrouve dans Paris Paris tout ce qui « fait » la ville lumière : le Sacré-Coeur, Doisneau, Piaf, les moineaux, Prévert, le Bateau-Lavoir, Simone de Beauvoir, Gabin et Bébel, le Quartier Latin, le Moulin Rouge, Notre-Dame, Arletty, le bar-tabac, « la résille d’un bas sur un genou qu’on voit »  et ce magnifique final:: Saupoudrez, pour finir, de poussière du métro 
Mais n’en prenez pas trop, 
Paris, Paris perdrait son âme. 

 Il ne manque plus que la Tour Eiffel !

Paris Paris –   Paroles de David McNeil et Malcom McLaren Musique de Didier Makaga Lee Gorman

I feel love, Paris Paris 
Love to love, Paris Paris 
Feelings so close to my heart 

Barman dans le shaker, d’abord de l’élégance 
Un trait de Sacré-Cœur et deux doigts de Doisneau 
Une Piaf, quelques moineaux et Joséphine Baker… 
Paris Paris 

Là une dose de Prévert, mais sans raton-laveur 
Prenons un dernier verre près du Bateau-Lavoir 
Une Simone de Beauvoir et deux singes en hiver… 

Last night was made for love 

Mettez trois notes de jazz dans un Quartier Latin 
Un menu sur l’ardoise au fond d’un bar-tabac 
Et la résille d’un bas sur un genou qu’on croise 
There with you 

Oh Baby, just take my frozen hands and hear me say 
Don’t let me turn to sand and blow away 
Though this crowded desert called Paris 

I feel love, Paris Paris 
Love to love, Paris Paris 
Feelings so close to my heart 

Un zeste de Javanaise, 
Close to my heart 
Un tour de Moulin Rouge et deux de Notre-Dame 
Nappé de macadam, décoré d’un chaland 
D’Anvers ou d’Amsterdam un canal, 
where are you Arletty ?

Oh Baby, just hold this lonely fan and hear him say 
Don’t let me turn to sand and blow away 
Sans doute la seule femme 
Though this crowded desert 
Qui pouvait le dire 
called Paris 
« Paname » 

Paris Paris 
I feel love, 
Paris Paris 
Love to love, 
Paris Paris 
Feelings so close to my heart 

Mettez trois notes de jazz dans un Quartier Latin 
Un menu sur l’ardoise un fond d’un bar-tabac 
Et la résille d’un bas sur un genou qu’on croise 

Paris Paris 
Love to love, 
Paris Paris 
Feelings so close to my heart 

– Sign away, Catherine! 
– Sign away? Paris… Paris… No, I can’t 
We will never part this feelings 

Saupoudrez, pour finir, de poussière du métro 
Mais n’en prenez pas trop, 
Paris… 
Paris perdrait son âme. 

Saupoudrez, pour finir, de poussière du métro 
Mais n’en prenez pas trop, 
Paris, Paris perdrait son âme. 

Paris perdrait son âme. 

Paris Paris 
I feel love, 
Paris Paris 
Love to love, 
Paris Paris 
Feelings so close to my heart

 


 

Mythique manager et rouquin excentrique considéré comme le père du punk anglais Malcom McLaren est décédé à l’âge de 64 ans à New York.
A l’origine du Hip Hop il était l’homme qui « inventa » les Sex Pistols.

Les Sex Pistols

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.