SOLSIRÉPIFPAN, premier homme-orchestre parisien (1810-1820)

Solsirépifpan (1)

Solsirépifan ou Sol-si-ré-pif-pan, c’est ainsi que l’appelait ses contemporains, fut sous le Premier Empire le premier homme-orchestre de Paris.

Affublé d’un casque avec un pompon orné de petites sonnettes, un habit dont le collet couleur amadou monte jusqu’aux oreilles, un pantalon collant bleu clair, à pont et paré de brandebourgs.  Son ambition : charmer les promeneurs des Tuileries et des Champs-Elysées.

Les Tuileries, le Louvre et la rue de Rivoli, par Charles Fichot, vers 1850.

1280px-Paris_moderne._Les_Tuileries,_le_Louvre,_et_la_rue_de_Rivoli,_vue_prise_du_Jardin_des_Tuileries

 

Sol-si-ré-pif-pan  jouait d’une flûte de Pan qui était à portée de ses lèvres et dissimulée sous les revers de son habit ; sa main droite taquinait une guitare, tandis que l’avant-bras gauche, serré par une courroie à laquelle s’attachait un tampon, frappait une grosse caisse suspendue dans le dos par une bandoulière passée de l’épaule droite au côté gauche ; une corde, passée au même bras gauche et suspendue aussi à l’extrémité de la mandoline, retenait à la hauteur du genou un triangle frappé par un manche attaché au mollet droit au-dessus des malléoles, à l’endroit où s’attachent les pieds, étaient fixées deux cymbales, de façon à pouvoir produire une percussion en rapprochant les genoux.

cle de sol

Sol-si-ré-pif-pan  était également chanteur.

Son premier air favori était la cavatine de la Rosière   » Ma barque légère portait mes filets » :

1

 

Il avait aussi imaginé des vers innocents qu’il chantait sur l’air du mineur de l’andante d’Armide de Christoph Willibald Gluck :

Malgré notre misère,
Et navré de douleur,
Nous bravons, pour vous plaire,
La honte du malheur.

Ayez de l’indulgence,
Sensibles amateurs,
Avec peu de dépense
Soyez nos bienfaiteurs.

 

stickers-notes-dans-la-tete

 

Carle Vernet est l’auteur du dessin représentant Solsirépifpan.

Solsirépifpan (2)

 Né à Bordeaux le 14 août et mort à Paris le 27 novembre 1836, Vernet était artiste peintre, dessinateur et lithographe.

Carle_Vernet_by_Robert_Lefevre

 

En 1872, en hommage à notre homme-orchestre,  William-Bertrand Busnach créa  Sol-si-ré-pif-pan, bouffonnerie musicale en 1 acte.

William-Bertrand Busnach, né le 7 mars 1832 à Paris où il est mort le 21 janvier 1907, est  dramaturge, librettiste et romancier. 

Busnach-Benque

2 réflexions sur « SOLSIRÉPIFPAN, premier homme-orchestre parisien (1810-1820) »

  1. Impressionnant ce personnage hybride qui fait penser aux émanations chimériques du théâtre baroque, un bel article qui nous apprend plein de choses, merci à toi!

    Sous les étoiles scintillantes de cette année nouvelle, je viens également te déposer mille et une fragrances de bonne humeur et d’amitié. Te remercier de tes gentilles attentions manifestées au fil des saisons et te souhaiter une très belle année 2016 pleine de joie, d’amour, de santé et de prospérité ! Que la chance soit au rendez-vous, je t’envoie plein de gros bisous… Cendrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.