Gérard de Nerval – Notre-Dame de Paris

Gérard de Nerval, pseudonyme de gérard Labrunie, écrivain, poète, est né le 22 mai 1808 à Paris où il est mort le 26 janvier 1855 (à 46 ans).

En 1828 Victor Hugo, âgé de 26 ans, cherche depuis quelque temps à s’imposer avec un grand roman dramatique et populaire. Il tient son histoire : une rivalité passionnelle autour d’une gitane, la belle Esméralda, entre un bossu, Quasimodo, et un archidiacre, Frollo.

Quant au décor ce sera Notre-Dame dont la lente décrépitude ne cesse de l’alarmer.

Avec son roman, Notre-Dame de Paris, Hugo sensibilisa l’opinion publique à l’urgence de son sauvetage.

Il est l’homme qui sauva Notre-Dame.

A la même époque que Victor Hugo, le poète Gérard de Nerval (1808-1855) exprime un constat similaire sur la décrépitude de Notre-Dame. Il lui dédie un poème en 1832, Notre-Dame de Paris, publié dans le recueil Odelettes en 1853.

Son sens paraît presque prophétique.


Notre-Dame de Paris dit par Pierre Brasseur.

Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être
Enterrer cependant Paris qu’elle a vu naître ;
Mais, dans quelque mille ans, le Temps fera broncher
Comme un loup fait un boeuf, cette carcasse lourde,
Tordra ses nerfs de fer, et puis d’une dent lourde
Rongera tristement ses vieux os de rocher !

Bien des hommes, de tous les pays de la terre 
Viendront, pour contempler cette ruine austère, 
Rêveurs, et relisant le livre de Victor : 
– Alors ils croiront voir la vieille basilique, 
Toute ainsi qu’elle était, puissante et magnifique, 
Se lever devant eux comme l’ombre d’un mort !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.