Le Petit Parisien,11 août 1889 : La Chanson de la Semaine

arcimboldo-ete

Le supplément au Petit Parisien  paraissait en fin de semaine; il proposait à ses lecteurs de nombreuses rubriques dont une intitulée « UNE CHANSON PAR SEMAINE ».*

Dans le numéro  27, daté du 11 août 1889,  c’était une véritable ode à l’été que proposait,  il y a 124 ans, Armand Donière  poète (?) dont nous ne retrouvons pas trace.

UNE-COUPEE

Crée en 1889 Le Petit Parisien supplément Littéraire Illustré, imprimé sur papier de luxe, se voulait être une «lecture attrayante, saine et digne du foyer de tous».

Il remporta une adhésion d’autant plus forte que le contenu éditorial etait à dessein peu politisé.

 

AOUT-COUPER

 

AOUT,  d’Armand Donière,   agrémenté par  L’ETE  extrait des Quatre Saisons  de Antonio Vivaldi.


 

 BONNE ETE 2013 A TOUTES ET A TOUS.

 

 

* L’ETE Giuseppe Arcimboldo (1563)

2 réflexions sur « Le Petit Parisien,11 août 1889 : La Chanson de la Semaine »

  1. Bonsoir Gérard,
    Je viens de me régaler en poésie et en chanson car les mots tintent et dansent au creux de l’esprit! Un poème merveilleusement choisi pour saluer ce bel été, très chaud, qui resplendit sur nous. Ce poète est un musicien des rimes, un compagnon gourmand des chaudes heures où la Nature se fait plus sensuelle.
    Je retrouve chacun de vos articles avec grand plaisir. Ah, si le plaisir était le maître mot dans un monde où certains font tout pour interdire ce qui est bon la société se porterait mieux. Heureusement qu’il y a les goulus, les frondeurs, les irrépressibles gourmands de vivre en dépit de l’adversité (j’en sais quelque chose) et les adeptes du « Carpe Diem »!
    Je vous souhaite également un très bel été, ainsi qu’à votre épouse.
    Grosses bises qui caracolent dans les champs et sur les bords de Seine!
    Cendrine

  2. Bonjour Cendrine,

    Vous avez entièrement raison , il ne manque pas d’occasions pour se plaindre et se lamenter mais il y en a bien davantage (d’occasions) pour se réjouir et apprécier la vie jour après jour … c’est une question d’état d’esprit.
    Chaque saison apporte des moments de félicité pour qui sait les reconnaître.
    Je pars avec mon épuisette pour tenter d’attraper les bises « caracoleuses » .. avec l’intention de les libérer très vite afin qu’un maximum de gens en profitent.

    Je vous souhaite un superbe été, ainsi qu’à votre famille.
    grosses bises
    gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.